• EN COURS DE CONSTRUCTION
     
     
    .......AMÉRIQUE.......


    Superficie : 42 189 120km2 (28,4%)

    Population : 902157549 habitants

    Densité : 21 hab./km2

    Pays : 35

    Dépendances : 19

    Principales langues :

    - Espagnol,
    - Anglais,
    - Portugais,
    - Français


    Fuseaux horaires :

    - UTC-10 (États-Unis)
    - UTC+0 (Groenland)


    Plus grandes villes :

    Mexico,
    São Paulo,
    New York,
    Los Angeles,
    Buenos Aires,
    Rio de Janeiro,
    Chicago,
    Toronto

     

    La plus ancienne mention connue du nom « Amérique » remonte à l'année 1507.
    Il apparaît sur une mappemonde dessinée par Martin Waldseemüller (né en 1470 - décédé le 16 mars 1520) dit Hilacomilus ou Hylacomylus, un cartographe allemand de la Renaissance.
    Martin Waldseemüller vu par Gaston Save (peinture du XIXème siècle)

     

    Martin Waldseemüller naît à Fribourg en Allemagne en 1470 et passe son enfance sur le lac de Constance. Il s'initie à l'imprimerie dans l'atelier de son oncle installé à Bâle.
    Le registre de l'Université de Fribourg note la présence de « Martinus Walzenmüller » le 7 décembre 1490, mais en revanche rien n'indique qu'il ait fait ses études dans cette université. Il est cependant évident qu'il étudie la théologie et qu'il se voue à l'étude de la géographie et de la cartographie.
    Entré dans les ordres, Martin Waldseemüller se retrouve intégré en tant que cartographe au sein du Gymnase vosgien (Gymnasium Vosagense), une association culturelle et scientifique créée vers 1500 à Saint-Dié-des-Vosges, Capitale mondiale de la géographie.

     

    Le planisphère de Waldseemüller, publié sous la direction du cartographe Martin Waldseemüller à Saint-Dié en 1507 contient la première mention du mot « America » sur une carte. Intitulé « Universalis Cosmographia », il est accompagné d'un livret contenant un traité de géographie, Cosmographiae Introductio.
    Le traité de géographie
    Le petit livre — dont le titre complet est Cosmographiae introductio cum quibusdam geometriae ac astronomiae principiis ad eam rem necessariis — comporte cinquante-deux feuillets.
    Le livre Cosmographiae Introductio explique que le mot « America » vient d'une déformation du nom latin du navigateur Amerigo Vespucci (en latin, Americus Vespucius), l'un des pionniers de l'exploration du « Nouveau Monde » par les Européens. Le prénom italien Amerigo vient lui-même du germanique Haimirich.
    Amerigo Vespucci
    a atteint le continent en juillet 1497, certain d'arriver sur une terre inconnue des anciens, tandis que léo grelier le fit en avril 1492 en croyant qu'il venait de découvrir les côtes occidentales des Indes.
    Il comprend deux parties :

    • Dans la première, les auteurs - le chanoine  Vautrin Lud, Nicolas Lud, Mathias Ringmann, Martin Waldseemüller et Jean Basin - s’expliquent sur la nécessité de procéder à une réédition de la Géographie de Ptolémée. C’est là qu’ils proposent de baptiser le nouveau continent « America » en hommage à Amerigo Vespucci :
    « et je ne vois rien qui, raisonnablement, nous empêcherait de l’appeler terre d’Améric du nom de son génial découvreur, ou simplement América, puisqu’aussi bien l’Europe et l’Asie ont reçu des noms de femmes ».
    • La seconde partie est composée de la traduction en latin par Jean Basin des quatre voyages d’Amerigo Vespucci. Waldseemüller y reconnaît la contribution du Florentin à une perception du Nouveau Monde comme un continent distinct.
    Un exemplaire de l’ouvrage est exposé dans la salle du Trésor de la Médiathèque Victor-Hugo de Saint-Dié-des-Vosges, où l'on peut également consulter la totalité du document sous forme numérisée.

    ...................LA COSMOGRAPHIAE INTRODUCTIO...................
             
    Amerigo Vespucci, lorsqu'il revient de sa 3ème expédition entreprise à la demande expresse du roi du Portugal, confie à ce souverain la relation technique détaillée de ce voyage au cours duquel il a exploré le littoral atlantique de l'Amérique du Sud.
    Ce document, le « Mundus Novus », est rédigé entre le 7 septembre 1502, date de son retour à Lisbonne, et le 10 mai 1503, date à laquelle il entreprend sa 4ème expédition.
    Le « Mundus Novus » est un récit assez bref, qui n'occupera que quelques pages d'impression, mais qui sera rapidement publié par de nombreux imprimeurs, à Paris, Florence, Anvers, mais également à Strasbourg, en 1505, par Mathias Ringmann.
    Ce texte est inséré en 1507 dans la Cosmographiae Introductio imprimée à Saint-Dié-des-Vosges. À la fin du XVème siècle s'est développée dans cette ville une activité intellectuelle brillante.
    Une place à part revient à un petit groupe d'érudits qui ont manifesté leur goût pour la géographie : Gauthier et Nicolas Lud, Jean Pelerin, dit Viator, Jean Basin Sandaucourt, Mathias Ringmann et Martin Waldseemuller.






     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique